Agir ensemble pour la santé des Bretons

Article 51 : dépistage et soins bucco-dentaires mobiles à destination des personnes âgées et des personnes handicapées dans le Finistère

Actualité
Date de publication
Visuel
Bus bucco dentaire
L’accessibilité aux soins dentaires des personnes en grande dépendance est une réelle problématique et est très souvent négligée, préoccupante et source de maux généraux plus importants.
Corps de texte

Validé par le comité national de l’innovation en santé, le projet d’expérimentation d’une durée de 5 ans, porté par la fondation ILDYS, propose un service de dépistage et de soins bucco-dentaires mobiles "bus dentaire", à destination des personnes âgées et des personnes en situation de handicap dans le département du Finistère. Aucune organisation comparable n’existe sur le territoire à ce jour. Elle est structurée autour d’un parcours en deux temps :

  • un temps de prévention et bilan fondé sur la formation des personnels dans les structures et sur la téléconsultation ;
  • un temps de prise en charge (soins), avec une intervention dans les structures (FAM, IME, EHPAD, MAS) des chirurgiens-dentistes avec un bus mobile aménagé.

L’objectif de l’expérimentation : améliorer l’état de santé des résidents personnes âgées et personnes handicapées et diminuer des hospitalisations dues à un motif odonto-stomatologique ou à une pathologie influencée par la mauvaise santé dentaire et l’absence de soins bucco-dentaires.

Un financement de 674 800 euros sur 5 ans

La conjugaison de la téléconsultation et du déplacement des dentistes dans les structures pour des soins permettent d’augmenter l’efficience de la démarche.

Le financement dérogatoire de l’expérimentation provenant du fonds national de l’innovation article 51 repose sur une majoration de la consultation et des actes effectués par le chirurgien-dentiste mobile et du financement des actes de téléconsultation fixés à hauteur de 438 401 euros sur 5 ans. Un  budget est également prévu pour la formation des personnels dans les structures, le matériel de télémédecine et la chefferie de projet pour un montant de 236 400 euros.

Une évaluation qualitative 

Au-delà des aspects quantitatifs qui seront évalués (nombre de télédiagnostics réalisés, de soins prodigués, de personnes incluses….), des indicateurs qualitatifs ont été formalisés et devront permettre de répondre notamment aux questions suivantes :

  • Quelles sont les conditions de réussite pour la mise en œuvre de la télémédecine dentaire en structures médicosociales ? L’incitation au déplacement pour réaliser des soins (majoration) est-elle réellement motivante pour les chirurgiens-dentistes ? Permet-elle de créer une mobilisation de ces derniers pour se déplacer dans les structures ?
  • La formation des personnels  a-t-elle permis  une adhésion à la démarche ?
  • La plus-value de la mise à disposition d’une camionnette est-elle effective par rapport à une prise en charge dans un cabinet ?
  • Le fonctionnement partenarial a conduit à un décloisonnement et une évolution des pratiques ?

Un partenariat fort autour du projet

Piloté par un acteur (la Fondation ILDYS) dont la capacité à disposer de relais locaux et de partenariats est reconnue, le projet dispose notamment du soutien du CHRU de Brest (UFR et service d’odontologie), du réseau régional de Soins Dentaires Spécifiques, de l’UFSBD du Finistère, de l’APF France Handicap, du Conseil Départemental de de l’Ordre des chirurgiens-dentistes. Des partenariats forts existent sur ce département disposant aussi d’une offre de services et d’activités diversifiés dans le champ des Personnes âgées et du Handicap. Des modalités de recours au service national sanitaire seront également étudiées dans le cadre de l’expérimentation dont l’objectif sera de sensibiliser les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention par la participation à la réalisation d’actions concrètes auprès des personnes âgées et en situation de handicap. Le choix de cibler un département défini permet de concentrer l’investissement en communication et de créer une réelle dynamique locale.

Aller plus loin

Documents à télécharger

Article 51...

Ce projet de "Bus dentaire" répond aux dispositions de l’article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 qui permet d’expérimenter de nouvelles organisations en santé reposant sur des modes de financement dérogatoire.