Agir ensemble pour la santé des Bretons

La lutte contre le non-recours au système de santé au cœur de la Première Journée régionale santé/précarité

Actualité
Date de publication
Visuel
La première Journée régionale santé/précarité s’est tenue le 5 novembre dernier à Vannes. A l’origine de cette rencontre, l’ARS Bretagne souhaitait, avec ses partenaires, ainsi réfléchir à la manière dont notre système de santé doit encore progresser pour tenir compte des difficultés que rencontrent les personnes en situation de précarité sociale dans l’accès aux soins et à leurs droits.
Corps de texte

Nathalie LE FORMAL, Directrice de la Santé publique de l’ARS Bretagne a introduit la première Journée régionale santé/précarité. A cette occasion, elle a souligné : "la volonté commune de ne rien lâcher en matière de lutte contre les inégalités sociales de santé".

Si les différentes présentations ont permis de dresser les multiples facettes du phénomène de non-recours au système de santé et aux droits, elles ont aussi été l’occasion de présenter des modes d’action pour le combattre. En ce sens, Hélèna REVIL, Chercheure au laboratoire Pacte / Université Grenoble Alpes / Responsable de l’Observatoire des non-recours aux droits et services (ODENORE), a mis en perspective l’état des connaissances à travers les enseignements de l’Enquête Santé protection sociale (ESPS) de 2014. Selon cette étude une personne sur quatre (âgée de 18 ans ou plus) déclare avoir déjà renoncé à au moins un soin pour des raisons financières.  Egalement, le phénomène de précarité a évolué les dernières années avec une proportion plus importante des femmes et des personnes migrantes. 

Des acteurs déterminés à agir pour lutter contre le non-recours

La présence de presque 300 personnes démontre que l’accès au système de santé des publics en situation de précarité est une préoccupation majeure des acteurs de la santé et du social. Plusieurs dispositifs et démarches de lutte contre le non-recours ont été présentés. On constate un intérêt grandissant de la nouvelle génération de professionnels (jeunes médecins notamment) pour s’investir sur le champ de la précarité en mobilisant un réseau territorial d’acteurs (Ville/hôpital/social).

Pour l’ARS Bretagne, la nouvelle génération du Programme régional d’accès à la prévention et aux soins des publics les plus démunis (PRAPS) porte de nouvelles ambitions visant à répondre à ces enjeux. En ce sens quatre chantiers, très liés, visent à décliner une stratégie globale pour améliorer l’accès des personnes en situation de précarité et d’exclusion au système de santé. Elle porte aussi l’ambition de promouvoir des comportements favorables à la santé.

Les échanges denses de cette journée ont mis en exergue la volonté partagée de développer des projets dans une logique convergente entre la santé et le social, avec une demande des acteurs de travailler avec l’ARS Bretagne leurs complémentarités sur un territoire donné et d’éviter autant que possible les logiques concurrentielles (à cet égard, la mécanique des appels à projets peut se révéler préjudiciable).

Déjà des pistes concrètes

Une réponse probante en ce sens est la démarche de médiation en santé (nouveau métier encadré par un référentiel de la HAS) pour laquelle les participants ont montré un intérêt important. Le premier projet de médiation en santé de Bretagne a été mise en place en octobre sur le quartier de Rennes/Villejean et l’ARS Bretagne engagera une réflexion prospective en termes de déploiement.

Les pistes de travail présentées en conclusion par le Dr. Pierre BODENEZ, Psychiatre, ancien chef de service de l'intersecteur d’addictologie et de la PASS et l'EMPP du CHRU de Brest, ont reconfirmé la détermination partagée d’agir dans l’esprit du slogan de la Journée : "C’est tous ensemble que nous pourrons trouver de nouveaux leviers d’action pour progresser".

Au terme de ces échanges intenses et constructifs, nul ne doute que les participants, plus déterminés que jamais, poursuivront l’action commune !

Nathalie Le Formal, Directrice de la Santé publique à l'ARS Bretagne a introduit la première journée régionale Santé/ Précarité
Nathalie Le Formal, Directrice de la Santé publique à l'ARS Bretagne a introduit la première journée régionale Santé/ Précarité
Hélèna REVIL, Chercheure au laboratoire Pacte a mis en perspective l’état des connaissances à travers les enseignements de l’Enquête Santé protection sociale (ESPS) de 2014
Hélèna REVIL, Chercheure au laboratoire Pacte a mis en perspective l’état des connaissances à travers les enseignements de l’Enquête Santé protection sociale (ESPS) de 2014
PLus de 300 personnes ont pris part à la 1re journée régionale santé / précarité
Plus de 300 personnes ont pris part à la 1re journée régionale santé / précarité
Table ronde n°1
Table ronde n°1
Table ronde n°2
Table ronde n°2
Nathalie Le Formal, Directrice de la Santé publique à l'ARS Bretagne a introduit la première journée régionale Santé/ Précarité
Nathalie Le Formal, Directrice de la Santé publique à l'ARS Bretagne a introduit la première journée régionale Santé/ Précarité
Hélèna REVIL, Chercheure au laboratoire Pacte a mis en perspective l’état des connaissances à travers les enseignements de l’Enquête Santé protection sociale (ESPS) de 2014
Hélèna REVIL, Chercheure au laboratoire Pacte a mis en perspective l’état des connaissances à travers les enseignements de l’Enquête Santé protection sociale (ESPS) de 2014
PLus de 300 personnes ont pris part à la 1re journée régionale santé / précarité
Plus de 300 personnes ont pris part à la 1re journée régionale santé / précarité
Table ronde n°1
Table ronde n°1
Table ronde n°2
Table ronde n°2