Agir ensemble pour la santé des Bretons

« Moi(s) sans tabac » L’ARS Bretagne et ses partenaires institutionnels* se mobilisent et participent au grand défi collectif

Communiqué de presse
Le tabac continue à tuer chaque année en France 73 000 personnes et représente la première cause de mortalité évitable. Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Santé publique France en partenariat avec l’Assurance Maladie lancent une opération inédite en France : « Moi(s) sans tabac ».
Corps de texte

Du 1er au 30 novembre 2016, les fumeurs seront invités à arrêter le tabac et les non-fumeurs à les encourager.

Parce que les bretons sont particulièrement concernés – ils sont 700 000 à fumer quotidiennement**, l’ARS Bretagne et ses partenaires institutionnels se mobilisent pour le plus grand défi de santé publique jamais organisé en France.

Parce que les bretons sont très nombreux à souhaiter arrêter de fumer - près de 67% des fumeurs quotidiens** ont déclaré cette intention - l’ARS Bretagne et ses partenaires institutionnels organisent de nombreuses actions de sensibilisation et de soutien dès octobre pour inciter toute la région à rejoindre le mouvement « Moi(s) sans tabac ».

Un mois sans fumer c’est 5 fois plus de chance d’arrêter

« Moi(s) sans tabac » s’inspire de « Stoptober », une campagne d’aide à l’arrêt du tabac mise en place en Angleterre par Public Health England en 2012, et qui a permis, dès la première année, d’augmenter les tentatives d’arrêt du tabac de 50% en octobre.

L’opération « Moi(s) sans tabac » s’appuie sur des messages positifs autour des avantages de l’arrêt du tabac, dans un esprit collectif. Il s’agit, pour les fumeurs, de relever le défi collectif d’un mois sans tabac, en bénéficiant de soutien et d’encouragement de tous pour rester motivés. Car, après 30 jours d’abstinence, la dépendance est bien moins forte et le fumeur a cinq fois plus de chances d’arrêter définitivement.

C'est un défi collectif parce qu’une démarche d’arrêt de groupe (famille, amis, collègues) améliore réellement les chances d’arrêter (de 34 à 67%).

*L’Assurance maladie Bretagne, la Mutualité Française Bretagne, la Carsat Bretagne, le Conseil Régional et la préfecture d’Ille-et-Vilaine, les MSA portes de Bretagne et Armorique, les établissements de santé....

** Baromètre Santé 2014 : étude menée sur un échantillon représentatif de la population âgé de 15 à 75 ans