Quel parcours pour un enfant présentant des troubles du neuro-développement ?

Actualité

Près de 35000 enfants naissent chaque année en France avec un trouble du neurodéveloppement, diagnostiqué en moyenne vers sept ans. Il est pourtant possible de repérer certains troubles plus tôt alors que les enfants bénéficient encore d’une grande plasticité cérébrale.

Le diagnostic et l’intervention précoces sont essentiels pour améliorer les parcours de vie, faciliter la scolarité et éviter les sur-handicaps.

La création d’un parcours de bilan et d’interventions précoces est l’une des mesures phares de la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neurodéveloppement (TND).

Elle repose notamment sur la mise en place, par les agences régionales de santé, de plateformes départementales d’orientation et de coordination qui ont pour mission de proposer aux familles, dès les premiers signes d’alerte, une prise en charge adaptée à leur enfant âgé de 0 à 7 ans.

Après orientation par un médecin, la plateforme organise et coordonne un parcours gratuit de bilan et d’interventions mobilisant, en fonction du profil de l’enfant et des souhaits de sa famille, des professionnels des structures médico-sociales et/ou des professionnels libéraux.

Ces interventions doivent permettre soit de lever le doute, soit d’intervenir et de progresser dans le diagnostic tout en prévenant le sur-handicap et d’organiser si besoin, les relais vers la MDPH.

Depuis leur ouverture, en fin d’année 2019, plus de 700 enfants ont été adressés aux plateformes bretonnes, permettant d’engager 560 parcours de bilan et d’interventions.

Comment être orienté vers une plateforme de coordination ?

Dans le cadre d’une consultation médicale, lorsqu’un professionnel de santé de première ligne (médecin généraliste, pédiatre ou encore médecin scolaire, de crèche ou de PMI) détecte chez un enfant de moins de sept ans des signes évoquant un trouble du neurodéveloppement, il peut orienter la famille vers la plateforme départementale d’orientation et de coordination et demander le déclenchement d’un parcours.

Il s’appuie pour cela sur le guide de repérage d’un développement inhabituel chez l’enfant de moins de 7 ans qui liste les signaux d’alerte (par exemple, si l’enfant ne suit pas du regard, ne répond pas à son prénom, ne pointe pas du doigt, etc.).

Quelles sont les modalités de prise en charge ?

La plateforme organise la mise en œuvre des bilans et interventions nécessaires à la prise en charge de l’enfant pour une période de 12 à 18 mois. Elle coordonne les prises de rendez-vous pour que les bilans et les interventions se fassent le plus rapidement possible et au plus près du domicile de l’enfant.

Une fois le parcours validé, le forfait intervention précoce permet la prise en charge par l’assurance maladie de l’intégralité du parcours, y compris les séances de professionnels non conventionnés : les psychomotriciens, les ergothérapeutes et les psychologues.

Si elles le souhaitent, les familles peuvent être guidées et soutenues dans les démarches administratives nécessaires pour la poursuite du parcours de l’enfant. 

Et en Bretagne, où en est-on ?

En Bretagne, quatre plateformes départementales de coordination ont été ouvertes, en fin d’année 2019 dans les départements des Côtes d’Armor et du Finistère et en septembre 2020, en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan.

À noter, le caractère expérimental de la plateforme des Côtes d’Armor qui prend en charge le parcours des enfants jusqu’à 12 ans.

Contact par département :