Agir ensemble pour la santé des Bretons

Respirez un air plus sain, La pollution de l’air, un enjeu majeur du XXIe siècle

Actualité
Date de publication
Visuel
Le 19 novembre 2019 à Rennes a eu lieu le débat public intitulé « Respirez un air plus sain, La pollution de l’air, un enjeu majeur du XXIe siècle » organisé en partenariat avec la CRSA Bretagne, l’Espace des sciences et l’EHESP.
Corps de texte

Avec la participation des deux enseignants-chercheurs Bénédicte Jacquemin et Philippe Glorennec :

Quelles sont les connaissances actuelles sur la qualité de l’air extérieur et l’air intérieur ? L’air est-il plus pollué maintenant qu’avant ? Est-il plus sain à l’intérieur ou à l’extérieur ? Quelles sont les sources de la pollution de l’air ? Quels en sont les effets sur notre santé ?

Les conférenciers ont posé la question des conséquences sur la santé, tout en abordant les comportements favorables à son amélioration. De manière méthodologique, il faut se méfier des comparaisons du type plus ou moins pollué car les phénomènes sont très complexes, évolutifs, localisés.

Bénédicte Jacquemin a montré les effets à court terme et long terme sur tous les organes du corps humain, y compris avec une concentration basse des polluants dans le cas d’une pollution sur du long terme. Il y a des incidences sur l’enfant et l’adulte, sur les cancers, diabète, santé périnatale… fertilité, développement cognitif…

Philippe Glorennec évoque la diversité des polluants et sources de polluants de l’air intérieur. La pollution intérieure est en partie liée à l’exposition des composants des matériaux liés aux nouveaux aménagements des intérieurs des logements. La notion d’exposome est importante dans l’analyse. Il donne quatre principes classés par importance pour un logement sain : être sans source intérieure ; être sec ; être ventilé ; être protégé de la pollution extérieure.

Les questions du nombreux public ont porté sur l’évolution de la pollution par le plomb, comment résoudre la question de l’humidité des maisons, l’aération, comment capter les polluants chimiques intérieurs, les feux de cheminée. La pollution évoquée du métro rennais a permis aux intervenants d’indiquer que le développement des transports publics est une clé dans l’amélioration de la qualité de l’air.