Coronavirus : organisation du dépistage en Bretagne

Article
Visuel
© Adobe Stock

Toute personne volontaire peut se faire dépister dans les sites de prélèvements identifiés, sans prescription médicale, ou en effectuant un autotest disponible en pharmacie. Facilitant l'accès au dépistage pour tous, ces dispositifs s'inscrivent dans la stratégie de lutte contre l'épidémie.
Retrouvez sur cette page les modalités et l'organisation du dépistage en Bretagne.

Corps de texte

Le dépistage est l'un des piliers de la stratégie Tester Alerter Protéger mise en place pour freiner l'épidémie de COVID-19. Jusqu'alors il reposait principalement sur la réalisation de tests virologiques RT-PCR et de tests antigéniques qui permettent de savoir si un individu est malade au moment du prélèvement ou s'il a déjà été infecté.

Actuellement, il existe trois types de tests : les tests virologiques, antigéniques et sérologiques.

Comment les différencier ?

Quel test est-il le plus adapté à ma situation ? (site de la Haute Autorité de Santé)

Les tests virologiques (RT-PCR)

Les tests virologiques (RT-PCR) permettent de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test grâce à un prélèvement. Ce prélèvement est essentiellement réalisé par voie nasale à l’aide d’un écouvillon inséré dans la narine jusqu’à 15 cm. environ. Ce test ne prend que quelques secondes et peut être plus ou moins douloureux en fonction de sa sensibilité. Une fois le prélèvement fait, on en extrait l'ARN (acide ribonucléique) présent en cas de COVID. Si le prélèvement en contient, le test est positif, s’il n’en contient pas, le test est négatif. 

Depuis le 11 février dernier, la Haute Autorité de santé (HAS) autorise les tests RT-PCR salivaires de détection de la Covid-19 pour les personnes sans symptômes, ce qui permet d’élargir leur usage qui était jusqu’alors réservé à des cas bien spécifiques. Le déploiement de ces tests salivaires est destiné en priorité aux publics pour lesquels le prélèvement nasopharyngé est difficile ou impossible, et pour des dépistages itératifs dans des milieux fermés. Il est ainsi utilisé dans les écoles, puis dans des collèges, lycées et universités, mais également auprès des personnes en situation de handicap, dans les établissements de santé (ES), dans les établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) et les établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE).

Sont également concernés les personnels soignants, qui sont amenés à se tester très régulièrement.

Le résultat d’un test RT-PCR est en moyenne disponible dans les 24 heures qui suivent sa réalisation que le test soit nasopharyngé ou salivaire.

Les tests antigéniques

Le test antigénique se déroule comme un test RT-PCR nasopharyngé avec un écouvillon. Ce type de test virologique permet de détecter la présence de protéines du coronavirus, les antigènes, pour déterminer si une personne est porteuse du virus au moment où elle se fait prélever. L'écouvillon est ensuite placé dans une solution d'extraction du virus. Le résultat est une lecture directe sous forme de barres qui apparaissent sur un petit boîtier en plastique. La particularité de ce test est que les résultats sont disponibles en 30 minutes maximum. Les pharmaciens, les médecins généralistes et les infirmiers diplômés d’État peuvent s’approvisionner en tests antigéniques afin de tester ces différents publics. Ils peuvent également utiliser ces tests dans le cadre des visites au domicile des patients.

Les auto-tests

Les autotests sont des tests antigéniques, disponibles en pharmacie depuis le 12 avril. Un autotest est un test à réaliser soi-même, par un prélèvement nasal. Le résultat est déterminé en quinze à vingt minutes.

Les autotests sur prélèvement nasal sont moins sensibles qu’un test PCR ou antigénique réalisé par un professionnel de santé en prélèvement nasopharyngé plus profond. Une utilisation une à deux fois par semaine de ces autotests est alors recommandée. En répétant l’autotest, on augmente les chances de le réaliser au début de la maladie, c’est-à-dire au moment où le virus est le plus présent et le plus facilement détectable, et surtout au moment où on est le plus contagieux.

Les autotests ne viennent en aucun cas remplacer un diagnostic plus fiable, par test antigénique sur prélèvement nasopharyngé ou RT-PCR. Les personnes symptomatiques et les personnes contacts doivent continuer à se faire tester par PCR ou test antigénique sur prélèvement nasopharyngé et ne doivent pas recourir à l’autotest.

Par ailleurs, et comme les autres tests disponibles, ils ne permettent pas, même en cas de résultat négatif, de lever les gestes barrières.

Les tests sérologiques

Les tests sérologiques permettent, par le biais d’un prélèvement sanguin, de détecter la présence d'anticorps spécifiques au SARS-CoV-2, ce qui permet de savoir si la personne a déjà été infectée par le virus dans le passé. Contrairement aux tests virologiques, les tests sérologiques ne permettent pas d'établir un diagnostic.

Il est recommandé de ne pas utiliser les tests sérologiques en première intention si vous présentez des symptômes étant donné le risque important de faux négatif au début de la maladie, puisque les anticorps ne se forment pas immédiatement.

Si toute personne peut dorénavant aller se faire dépister sans prescription médicale ou effectuer un autotest (disponible en pharmacie), le dépistage des personnes présentant des symptômes évocateurs du COVID-19 ou qui nécessitent un diagnostic rapide reste prioritaire. 

Une priorisation à deux niveaux

Priorité 1 : examens à visée de diagnostique - Ces personnes doivent disposer d’un examen dans les 24h et obtenir les résultats dans les 24h suivantes.

  • Personnes disposant d’une prescription médicale, personnes ayant des symptômes compatibles avec la COVID-19 ou encore sujets « contact », notamment ceux ayant été contacté par la CNAM ou les ARS dans le cadre des démarches de contact-tracing.
  • Professionnels de santé et assimilés intervenant au domicile. Pour rappel, les professionnels de santé exerçant en établissement de santé ou en établissement médico-social doivent avoir accès un test au sein de leur structure de rattachement.

Priorité 2 : examens à visée de dépistage - Ces personnes peuvent se faire dépister mais ne sont pas prioritaires.

Le rendu des résultats est fonction de la capacité du laboratoire à traiter dans les délais impartis les indications prioritaires.

  • Toute autre situation non citée précédemment, notamment les personnes souhaitant disposer d’un test dans le cadre d’un voyage, ou des dépistages préventifs organisés dans des établissements scolaires, des services publics ou des entreprises, sans lien avec un risque précisément identifié.

L’ARS travaille par ailleurs avec les laboratoires pour assurer la prise en charge des personnes prioritaires.
C’est grâce au dépistage et à l’isolement des porteurs de la Covid-19 que nous serons collectivement en mesure de freiner la circulation du virus.

Vous présentez des symptômes de la covid-19?

Si vous présentez des symptômes, vous devez vous isoler, prévenir les personnes avec qui vous avez été en contact, prendre rendez-vous auprès de votre médecin traitant et effectuer un test.

Si vous n'avez pas de médecin traitant, vous pouvez appeler le 0 800 130 000 (service gratuit + appel gratuit) pour être orienté vers un médecin généraliste. Si la suspicion d’infection est confirmée, le patient se verra remettre une prescription médicale pour réaliser un test de dépistage.

Les tests virologiques (RT-PCR) et antigéniques de dépistage du COVID-19 sont réalisables sans ordonnance et sont pris en charge intégralement par l’assurance-maladie. Contactez par téléphone ou internet le lieu de dépistage avant de vous y rendre.

Consulter la liste des centres de dépistage Covid-19
Google form

Les prélèvements sont effectués avec ou sans prescription médicale

Le week-end et les jours fériés, les sites de prélèvement COVID-19 demeurent mobilisés pour tester les personnes symptomatiques et les cas contacts. Tous les laboratoires privés qui effectuent des prélèvements Covid en semaine sont également ouverts le samedi matin.

→ En cas de symptômes, contactez votre médecin traitant ; pour les soirs, week-ends et jour fériés : contacter le 15, numéro de permanence des soins en Bretagne.
→ En cas d'urgences, contactez le 15.

Pour connaître le comportement adapté à chaque situation individuelle, le ministère des Solidarités et de la Santé a mis en place le site mesconseilscovid.gouv.fr, qui donne des conseils personnalisés pour agir contre le virus, en fonction de la situation et de la santé de chacun. Ce site permet par exemple de connaître la marche à suivre si l’on est malade ou personne contact.

Consultez le site Mes Conseils Covid

J'alerte 

J’ai un test positif (avec ou sans symptômes) : cela veut dire que je suis contagieux depuis déjà quelques jours, et que j’ai pu contaminer des gens. Il faut les prévenir pour qu’ils puissent, eux aussi, s’isoler et se faire tester.

  • Je scanne sur l’application « TousAntiCovid » le QR code qui figure sur les résultats du test. Les personnes que j’ai croisées seront alors alertées par l’application.
  • J’identifie les personnes que j’ai croisées ces derniers jours : depuis 48h si j’ai des symptômes, depuis une semaine si je n’ai pas de symptômes. Je prépare la liste avec leur nom et leur numéro de téléphone, que je transmets à mon médecin et à l’Assurance Maladie qui va m’appeler.

Grâce à ces différentes alertes, la chaîne de contamination est rapidement identifiée et la propagation du virus est interrompue.

Je me protège et je protège les autres

Avec ou sans symptômes, je dois m’isoler immédiatement et pendant 10 jours, pour ne contaminer personne.

Je ne dois voir personne :

  • je ne dois pas sortir de chez moi, et personne ne doit venir chez moi ;
  • je télétravaille et si je ne peux pas télétravailler, je me déclare sur le téléservice de l’Assurance Maladie pour obtenir un arrêt de travail, je serai alors totalement indemnisé.
  • je me fais livrer mes courses, et demande à mes proches de m’aider.

Si je ne vis pas seul, toute la famille s’isole avec moi. Mais je dois à tout prix éviter de les contaminer : je m’isole dans une pièce que je ne quitte pas, y compris pour manger.

Si au bout de 10 jours d’isolement je n’ai pas de symptômes, je peux reprendre une vie normale, en continuant à respecter strictement les gestes barrières et en limitant mes contacts, en particulier avec les personnes fragiles, et en privilégiant, si possible, le télétravail.

Si au bout de 10 jours d’isolement, j’ai de la fièvre, je reste isolé 48h de plus après disparition de la fièvre et je contacte mon médecin.

Avant de me rendre chez mon médecin ou dans un établissement de santé, je les contacte toujours par téléphone

Toutes les informations pratiques relatives aux tests et à l'isolement : 

Vidéo | Tester - Alerter - Protéger : le bon choix c'est de faire les trois !
Mémo | Test, isolement et arrêt de travail Covid-19

Pour connaître le comportement adapté à chaque situation individuelle, le ministère des Solidarités et de la Santé a mis en place le site mesconseilscovid.gouv.fr, qui donne des conseils personnalisés pour agir contre le virus, en fonction de la situation et de la santé de chacun. Ce site permet par exemple de connaître la marche à suivre si l’on est malade ou personne contact.

Consultez le site Mes Conseils Covid

Si je ne suis pas contact à risque

Je peux reprendre mes activités, tout en continuant à respecter les gestes barrières. Je reste particulièrement prudent·e si j’ai fait un test antigénique, car il est moins sensible que le test RT-PCR.

Si je suis contact à risque

  • Si des symptômes apparaissent pendant mon isolement : même si mon premier test est négatif, je dois malgré tout rester isolé pendant 7 jours et refaire un test au 7e jour.
  • Si des symptômes n'apparaissent pas pendant mon isolement, je peux reprendre mes activités en continuant à respecter strictement les gestes barrières et en évitant tout contact avec des personnes fragiles à risque de forme grave.

Si j'ai des symptômes de la Covid-19

Si j'ai des symptômes de la Covid-19 et que mon test est négatif, j'arrête mon isolement sur avis de mon médecin.

Si j'ai des symptômes de la Covid-19 et que j'ai plus de 65 ans et/ou si je présente au moins un facteur de risque de forme sévère*, en cas de test antigénique négatif :

  • Je contacte mon médecin traitant pour lui annoncer que mon test antigénique est négatif, si ce n’est pas lui qui a réalisé le test.
  • Je refais un test RT-PCR de contrôle dans un laboratoire.

* Antécédents cardiovasculaires, diabète, pathologie chronique respiratoire, insuffisance chronique, cancer, obésité

• Informations complémentaires

Toute personne volontaire peut se faire dépister sans prescription médicale

Pour lutter contre la diffusion large du coronavirus, la poursuite et l’extension des opérations de dépistage est une priorité : dépister tôt et vite, rechercher toutes les personnes contacts le plus rapidement possible et isoler les porteurs et les personnes symptomatiques.

Dans ce cadre, et afin de faciliter plus encore l’accès au dépistage, depuis le 24 juillet 2020, toute personne volontaire peut dorénavant aller se faire dépister sans prescription médicale. Le dépistage est gratuit (pris en charge à 100% par l’assurance maladie). De plus, depuis le 12 avril 2021, des autotests ont disponibles en pharmacie, afin de réaliser un prélèvement seul.

La personne est identifiée comme "cas contact" d'une personne contaminée (qu'elle présente ou non des symptômes)

Une fois informée de sa situation de « cas contact » par son médecin traitant, par les services de l’Assurance Maladie ou par l’ARS Bretagne, la « personne contact » doit prendre un rendez-vous dans un lieu de dépistage pratiquant le test Covid. Le médecin ou les équipes de l’Assurance Maladie lui indiqueront l’adresse du laboratoire.

Dans ce cadre, le test est réalisé sans prescription médicale. Il suffit de présenter un document d’identité qui permet au laboratoire d’analyse (ou au lieu d’examen réalisant les tests de dépistage) de retrouver son nom au sein du répertoire de cas contacts que les services de l’Assurance Maladie lui auront transmis. 

  • si le cas contact vit dans le même foyer que la personne contaminée, le test doit être réalisé dans un délai de 24 heures
  • si le cas contact ne vit pas avec la personne contaminée et qu’il ne présente pas de symptômes, le test doit être réalisé dans un délai de 7 jours après le dernier contact avec cette personne. En cas d’apparition de symptômes, le dépistage doit être réalisé sous 24 heures.

Dans le cadre d'un test RT-PCR ou d'un test antigénique réalisé en laboratoire, en pharmacie, auprès d'un centre de dépistage, d'un cabinet d'infirmiers ou d'un médecin traitant, il est nécessaire de présenter :

  • une prescription médicale si elle a été adressée ;
  • une carte Vitale ou une attestation de sécurité sociale ;
  • une pièce d’identité.

Un autotest est un test antigénique disponible dans les pharmacies, à réaliser soi-même, par un prélèvement nasal. Le résultat est déterminé en quinze à vingt minutes.

Attention : Les autotests ne viennent en aucun cas remplacer un diagnostic plus fiable, par test antigénique sur prélèvement nasopharyngé ou RT-PCR. Les personnes symptomatiques et les personnes contacts ne doivent pas recourir à l’autotest.

Par ailleurs, et comme les autres tests disponibles, ils ne permettent pas, même en cas de résultat négatif, de lever les gestes barrières.

Guide d'utilisation de l'autotest Covid-19

Tests RT-PCR

Les résultats d'un test de dépistage RT-PCR sont normalement disponibles au plus tard 24 heures après la réalisation du test. Ils vous seront transmis :

  • par le laboratoire (par téléphone, sur internet ...) ;
  • et/ou par SI-DEP (un système d’information national de suivi du dépistage COVID-19 mis en place à partir de mai 2020 et qui sera présenté au patient par son laboratoire).

En attendant les résultats du test, le patient suspecté d’être infecté doit rester confiné à son domicile et respecter rigoureusement l’ensemble des mesures barrières.

Tests antigéniques

  • Les résultats des tests antigéniques réalisés en pharmacie, auprès d'un médecin généraliste ou dans un cabinet infirmier, sont disponibles en 30 minutes maximum.
  • Les résultats des autotests, disponibles en pharmacie, sont disponibles en 15 à 20 minutes.

Certaines raisons peuvent donner un résultat négatif du test (conditions de transport, technique de prélèvement mal effectuée ou charge virale insuffisante au moment du test). Cependant, un test négatif n’élimine pas une contamination possible de la personne.
Enfin, une personne peut s’avérer contaminée quelques jours après le prélèvement.