Agir ensemble pour la santé des Bretons

Qu'est-ce que la chirurgie ambulatoire ?

Article
Visuel
chirurgie ambulatoire
La chirurgie ambulatoire (CA) se définit par des prises en charge prévues aux articles R. 6121-4 et D.6124-301-1 et suivants du code de la Santé Publique, d'une durée inférieure ou égale à douze heures, ne comprenant pas d'hébergement, au bénéfice de patients dont l'état de santé correspond à ces modes de prise en charge.
Corps de texte

Les bénéfices de la chirurgie ambulatoire sont désormais reconnus : 

  • pour les patients : 
    o    meilleur confort d’un retour à domicile le jour-même,
    o    meilleure qualité des soins :
    - les prises en charge ambulatoires nécessitent pour les équipes chirurgicales une attention particulière afin de parer aux risques de complications en particulier hémorragiques ;
    - les séjours plus courts limitent les infections liées aux soins ;
    - la limitation de l’alitement réduit les risques de complications thromboemboliques (phlébites, embolies pulmonaires).
  • pour les chirurgiens et anesthésistes : évolution des pratiques professionnelles ;
  • pour les personnels qui ne travaillent plus la nuit ni le week-end : meilleures conditions de travail ;
  • pour les établissements : meilleure organisation, avec des dépenses plus orientées vers le soin et non plus vers l’hébergement et meilleure attractivité.
     

Le développement de ce mode de prise en charge est une priorité nationale, car il constitue un levier majeur d’amélioration de l’offre de soins.

Depuis une douzaine d’années, de nombreuses actions incitatives ont été mises en place, tant au niveau national qu’au niveau régional. Son développement s'inscrit notamment dans le contexte du « virage ambulatoire », axe fort de la stratégie nationale de santé et de la nouvelle loi de santé. Il a également été repris dans le cadre du plan triennal pour l'efficience et la performance du système de santé. Ce plan a pour vocation de préparer l'hôpital de demain, structurellement organisé autour de l'ambulatoire, ce qui implique une évolution synchronisée des prises en charge, des structures et de l'organisation hospitalière. L’enjeu est d’atteindre un taux national global de chirurgie ambulatoire de 57% en 2017 et une économie de 400 M€ à travers le développement de la chirurgie ambulatoire et l’optimisation des capacités. 
 

À ce jour, le décret du 20 août 2012 définit les conditions de prise en charge en chirurgie ambulatoire :

L’unité ambulatoire doit être individualisée, avec des locaux spécifiques, des personnels distincts et formés. Depuis 2015, le périmètre a un peu évolué pour se rapprocher de celui des autres pays européens en intégrant 7 nouveaux groupes homogènes de malades (GHM), à savoir :

  •     4 GHM en "K" : avulsions dentaires, accès vasculaires (2 GHM) et biopsies prostatiques
  •     2 GHM en "Z" (chirurgie esthétique)
  •     IVG instrumentales