Agir ensemble pour la santé des Bretons

La lutte antivectorielle

Article
Visuel
La lutte antivectorielle
Les infections transmises par les insectes (moustiques tigres, tiques,…) font l'objet d'une surveillance particulière en France depuis 2006. Pour s’en protéger, il est conseillé d'adopter quelques mesures préventives.
Corps de texte

Qu'est-ce que la lutte antivectorielle ?

La Lutte antivectorielle a essentiellement pour objet de lutter contre les épidémies transmises par les insectes (les vecteurs arthropodes).

Elle concerne ainsi le moustique Aedes albopictus mais également les tiques (vecteurs de la maladie de Lyme), les punaises (vecteur de la maladie de Chagas). Elle est à distinguer de la lutte de confort (ou démoustication) qui se concentre sur les pullulations de moustiques qui, de par leur nombre et leur agressivité, créent une gêne importante.

Qui est-il ?

Surnommé "moustique tigre", l'Aedes albopictus est un moustique originaire d’Asie implanté depuis de nombreuses années dans les départements français de l’Océan Indien. Il peut, dans certaines conditions, transmettre des arboviroses (maladies d’origine virale causées par des arbovirus) telles que la dengue, le zika  ou le chikungunya.

Il se distingue par sa coloration noire et blanche sur l’abdomen et les pattes. Il est petit (<5 mm) et très agressif. Il pique surtout le jour (lever et coucher du soleil).

Où le trouve-t-on ?

En métropole, ce moustique s’est développé de manière significative et continue depuis 2004. Présent dans 2 départements en 2006, il est désormais définitivement implanté dans 30 départements. Il n’est pour l’instant pas présent en Bretagne.

Comment s’en protéger ?

Le moustique se développe dans de petites quantités d'eau : des soucoupes de pot de fleurs, des vases... Ainsi pour éviter son développement, il est recommandé notamment de :

  • éliminer les endroits où l'eau peut stagner ;
  • changer l'eau des plantes régulièrement ;
  • vérifier le bon écoulement des eaux de pluie ;
  • couvrir les piscines hors d'usage et les réservoirs d'eau.

Si vous pensez avoir attrapé un moustique tigre, et que celui-ci est en "bon état", vous pouvez :

  • le photographier et transmettre la photo à l'Entente interdépartementale pour la démoustication (EID) atlantique par le biais de leur site Internet ,
    ou sur le site officiel suivant : http://www.signalement-moustique.fr ,
    ou sur l’application smartphone I-Moustique ;
  • envoyer le cadavre du moustique collé sur une feuille de papier avec un ruban adhésif transparent sous enveloppe timbrée à l’EID.

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme est transmise à l’homme par piqûres de tiques infectées par une bactérie du genre Borrelia. Toutes les tiques ne sont pas infectées.

Qu’est-ce que la maladie de Lyme et quelles sont les modalités de transmission à l’homme ?

La tique est un acarien parasite visible à l’œil nu mais de très petite taille qui vit ancrée sur la peau des mammifères (vaches, chevaux, chiens, chats, gibiers, oiseaux, rongeurs…), mais elle peut également piquer les humains.

Cette maladie est présente sur tout le territoire national, avec une grande disparité géographique. L’incidence est plus élevée dans le Limousin, en Alsace et  en Rhône-Alpes.
Elle touche principalement les personnes réalisant des activités en pleine nature (campeurs, randonneurs, jardinage, etc.).
 Les tiques sont en effet principalement présentes dans les zones boisées et humides, les herbes hautes des prairies, les jardins, les parcs forestiers ou urbains. Ces tiques prédominent d’avril à novembre.

Quels sont les signes ?

Dans les 3 à 30 jours après la piqûre, la maladie de Lyme peut apparaître d’abord sous la forme d’une plaque rouge et ronde qui s’étend en cercle (érythème migrant) à partir de la zone de piqûre, puis disparaît en quelques semaines à quelques mois.

Si la personne ne reçoit pas de traitement antibiotique, des signes neurologiques (paralysie du visage, atteintes des nerfs et du cerveau) ou des atteintes des articulations, (coudes, genoux, etc.) ou plus rarement d’autres organes (cœur etc.), peuvent apparaître quelques semaines ou quelques mois après la piqûre. Au bout de plusieurs mois ou années, en l’absence de traitement, des atteintes graves des nerfs, des articulations, du cœur et de la peau peuvent s’installer.

Protégez-vous !

Avant l'activité en pleine nature

Se munir d’un tire-tique ou d’une pince à épiler très fine et non coupante

Porter des vêtements couvrant la plus grande partie du corps, ainsi que des chaussures fermées et un chapeau.

Rentrer la chemise dans le pantalon et le bas du pantalon dans les chaussettes.

Utiliser des répulsifs en vaporisant les vêtements, chaussures et les parties du corps qui pourraient entrer en contact avec la végétation, de produits anti-tiques.

Utiliser un produit anti-tique pour les animaux de compagnie

Pendant l'activité nature

Emprunter si possible les sentiers, éviter les contacts avec les herbes et les broussailles. Ne pas s’assoir ou s’allonger directement sur le sol.

Examiner régulièrement les vêtements et les parties du corps qui sont entrés en contact avec la végétation car les tiques ne se fixent pas immédiatement dans la peau.

Après l’activité : La piqûre de tique étant indolore, réaliser une recherche systématique de tique

Examiner attentivement l’ensemble du corps, surtout au niveau des aisselles, des plis du coude et du genou, du cuir chevelu, de l’arrière des oreilles, des régions génitales. Se faire aider par quelqu’un pour examiner la tête et le dos.

Répéter cet examen pendant les jours qui suivent pour s'assurer du repérage des plus petites tiques moins visibles

Penser également à examiner les animaux du foyer, les vêtements et les sacs de randonnée

Notez ! Les tiques ne résistent pas au lavage des vêtements et sacs à une température minimum de 60°

Que faire en présence d'une tique?

Retirer la tique le plus rapidement possible à l’aide d’un tire-tique (vendu en pharmacie) ou une pince à épiler très fine et non coupante.

Y-a-t-il un traitement après une piqûre de tique ?

Surveiller la zone piquée pendant plusieurs semaines (environ 30 jours). Si une plaque rouge et ronde qui s’étend en cercle apparaît dans le mois suivant la piqûre, consulter un médecin.

Un traitement antibiotique pourra alors être prescrit.