Agir ensemble pour la santé des Bretons

Les algues vertes

Article
Visuel
Algues vertes
Les marées vertes qui affectent le littoral breton correspondent à des proliférations d’algues d’espèce Ulva. Elles se développent au printemps et en été sous l’action de la température et une combinaison de facteurs physiques naturels. Leur dégradation constitue une nuisance olfactive et visuelle qui peut générer une exposition excessive à l’hydrogène sulfuré en cas de contact rapproché
Corps de texte

La dangerosité des algues vertes est liée principalement à la libération d’un gaz, l’hydrogène sulfuré (H2S), produit lorsque les algues échouées entrent en putréfaction. En cas de manipulation ou de piétinement de dépôts d’algues putréfiées, le gaz accumulé sous la croûte de surface ou présent dans les sédiments est libéré brutalement à une concentration qui peut être très importante.

S’il est respiré, ce gaz peut entraîner des effets sur la santé qui vont de la gêne au malaise grave jusqu’à la mort, en fonction de la concentration libérée.

La perception d’odeurs présente également une véritable nuisance pour les personnes qui les subissent et est alors susceptible d’avoir un retentissement non négligeable sur leur santé.

En complément des programmes pluriannuels de prévention appliqués sur les bassins versants, les consignes visant la réduction des expositions vont dans le sens d’un ramassage fréquent et large des algues échouées et d’une protection adaptée pour les professionnels au contact des algues.

L’ANSES a émis en 2011 des recommandations pour limiter l’exposition du public avec un ramassage des algues échouées dès que possible (< 48h), le balisage des chantiers de ramassage et des zones de stockage intermédiaire, l’information au moyen d’une signalétique permanente, l’utilisation de procédés de ramassage et de traitement qui limitent la production et la diffusion des gaz, le renforcement de la surveillance environnementale autour des sites de traitement.

Concernant les travailleurs, sont préconisés le ramassage des algues par des moyens mécaniques, le port d’équipements individuels de protection et de détecteurs de gaz portatifs, l’information et la formation des travailleurs, la traçabilité des travaux exposants …

  • Eviter tout contact avec les amas d’algues ;
  • Ne pas laisser divaguer les animaux au niveau des zones d’échouage ;
  • Ne pas s’approcher des chantiers de ramassage des algues ;
  • Ne pas pénétrer dans les zones signalées ou balisées avec dépôts d’algues, de lits de cours d’eau ou de zones présentant un risque d’enlisement.

Différents réseaux de surveillance en Bretagne et au-delà suivent depuis 1997, ponctuellement puis en continu, et analysent l’évolution des proliférations d’algues vertes en mer et des surfaces couvertes en ulves pour les 8 principaux sites bretons sableux.

Le CEVA (Centre d’Etude et de Valorisation des Algues) participe à cette surveillance et interprète les séries obtenues afin d’améliorer la description des phénomènes.

Suite aux épisodes de mortalités animales et humaines sur sites d’échouage d’algues vertes, l’ANSES a été saisie le 23 Février 2010 par les ministères chargés de l’écologie, du travail et de la santé, dans le cadre du plan de lutte contre les algues vertes n°1, afin de contribuer à l’amélioration des connaissances et la gestion des risques sanitaires.

Plusieurs campagnes de mesures ont été réalisées par l’INERIS en 2009 et 2010 en vue de caractériser la nature des composés susceptibles d’être émis par les algues en décomposition et de tenter de quantifier les concentrations susceptibles d’être rencontrées sur les plages.
Ces campagnes viennent compléter les données acquises précédemment par Air Breizh et le CEVA sur commande de la DDASS des Côtes d’Armor à partir de 2005.

A partir des résultats des campagnes de mesures, une liste de substances émises par les algues vertes en décomposition a été constituée et une évaluation des risques sanitaires, pour certaines d’entre elles, a pu être menée pour la population générale et les travailleurs, donnant lieu aux recommandations de sécurité formulées par l’ANSES en 2010 et 2011.

Aller plus loin

A savoir

Un plan quinquennal gouvernemental 2010-2015 (PLAV 1) a été mis en oeuvre afin d’assurer une gestion des risques liés aux algues vertes et engager des actions pour réduire les flux de nitrates dans les 8 baies « algues vertes » en Bretagne. Un PLAV 2 2017-2021 permet la poursuite des efforts engagés sur les territoires concernés.

Contact

Contenu

- ARS Bretagne - Pôles Santé Environnement : 
consulter la page Contact

- DIRECCTE Bretagne (Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi)

Immeuble le Newton
3 bis avenue de Belle Fontaine
TSA 71732
35517 Cesson-Sévigné Cedex

Site internet http://bretagne.direccte.gouv.fr

- CEVA

Centre d’Etudes et de Valorisation des algues Presqu’île de Pen Lan
BP 3
L’Armor-Pleubian
22610 Pleubian (France)

Tel. : +33 (0)2 96 22 93 50
Email : algue@ceva.fr

Site internet : www.ceva.fr