Les piscines en Bretagne

Article
Piscine

Afin de garantir de bonnes conditions d’hygiène et de salubrité pour les baigneurs, les piscines accueillant du public font l’objet de contrôles réguliers par l’Agence régionale de santé. En Bretagne, ce sont près de 800 établissements qui sont surveillés par l’ARS.

  • Sur le site ministériel national dédié à la communication des résultats du sanitaire des eaux de piscine et qui est actualisé quotidiennement
  • Auprès de l’Agence régionale de santé Bretagne
  • Auprès de l’établissement

 

Le baigneur doit pouvoir accéder facilement aux informations relatives aux conditions sanitaires de la piscine qu’il fréquente.

Le gestionnaire de l’établissement doit ainsi mettre à disposition des usagers les informations suivantes :

  • Les règles générales d’hygiène
  • Les résultats du contrôle sanitaire transmis par l’Agence régionale de santé
  • Le règlement intérieur de la piscine
  • Les règles et consignes sanitaires spécifiques concernant les spas
  • La capacité d’accueil de l’établissement et la fréquentation maximale instantanée (FMI) en baigneurs et non baigneurs pouvant se trouver simultanément dans l’établissement et dans les bassins

L’affichage en un lieu accessible à tous les usagers est obligatoire.

 

Des gestes simples permettent aux baigneurs de participer activement au maintien d’une eau de bonne qualité :

  • Passer aux toilettes et prendre une douche savonnée avant d’entrer dans les bassins
  • Emprunter le pédiluve avant d’entrer dans les bassins
  • Mettre un maillot de bain propre et porter un bonnet de bain
  • Ne pas se baigner en cas de plaie, d’infections ou de signes de maladie contagieuse (rhume, angine, gastro-entérite, etc.)
  • Respecter les zones pieds-chaussés/pieds-nus : ces zones sont en général clairement délimitées par des panneaux/affiches et/ou marquages au sol 

Risque physique

Dans les piscines, le risque le plus élevé est de loin le risque de noyade : en France, les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’environ 1 000 décès et constituent la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans. Les noyades en piscine représentent près d’un tiers de l’ensemble des noyades recensées. Des précautions sont donc à prendre de façon systématique : apprentissage de la natation, surveillance des enfants, dispositifs de sécurité des bassins, notamment dans les piscines privées.

 

Risque microbiologique

Il est lié à la présence possible de micro-organismes pathogènes dans l'eau des bassins ou sur les sols et surfaces de l’établissement.

Ces micro-organismes sont le plus souvent apportés par les baigneurs ; parfois leur présence peut aussi être liée à une filière de traitement de l’eau inadaptée ou insuffisante ou de mauvaises conditions d’entretien des locaux et installations de l’établissement.

Ces micro-organismes peuvent provoquer des troubles de la santé tels que :

  • Des affections cutanées bénignes : mycoses, eczéma, verrue plantaire, etc.
  • Des affections ORL (otites, rhinites) et oculaires (conjonctivites, kératites)
  • Des affections digestives (symptômes de type gastro-entérite)

 

Risque chimique

Les produits et procédés utilisés pour la désinfection ou le traitement de l’eau (chlore, ozone, correcteurs de pH, etc.) présentent des risques et nécessitent des précautions lors de leur manipulation et de leur stockage, afin d’éviter des intoxications ou des accidents pouvant conduire à des explosions ou incendies.

Par ailleurs, le chlore utilisé comme désinfectant forme avec les composés organiques azotés amenés par les baigneurs (urine, sueur, cosmétiques) des sous-produits de désinfection (chloramines en particulier), qui peuvent être à l’origine de troubles respiratoires pour les baigneurs et le personnel de l’établissement.

Des gestes d’hygiène simples avant l’entrée dans l’eau (douche savonnée, démaquillage, passage aux toilettes et par le pédiluve) associés à une bonne installation et exploitation du traitement de l’eau et de l’air permettent de réduire la formation de ces composés. 

► Pour en savoir plus : site de l'ANSES

► Pour en savoir plus sur la sécurité des piscines : site du ministère en charge de la santé

La règlementation relative aux piscines accueillant du public est fixée par le code de la santé publique, le code du sport et leurs textes d’application, principalement l’arrêté du 7 avril 1981 modifié fixant les dispositions techniques applicables aux piscines, les arrêtés du 26 mai 2021 fixant les règles du contrôle et les limites et références de qualité des eaux des piscine ainsi que l’arrêté du 14 septembre 2004 fixant les règles techniques et de sécurité dans les piscines privatives à usage collectif. 

Les piscines concernées

Toutes les piscines non réservées à l’usage personnel d’une famille, c’est à dire toutes les piscines recevant du public : piscines municipales, centres aquatiques, thalassothérapies, piscines des établissements touristiques (campings, hôtels, centres de vacances, parcs de loisirs, etc.), piscines des clubs de sport, remise en forme, bien-être, piscines d’établissements de santé, d’établissements médico-sociaux, de balnéothérapie.

En revanche, les piscines thermales et les piscines des centres de réadaptation fonctionnelle d’usage exclusivement médical ne sont pas soumises à cette réglementation.

Les obligations des gestionnaires de piscines

Le cadre réglementaire impose une obligation de moyens et de résultats en matière de sécurité sanitaire des installations. Le gestionnaire doit respecter les principes suivants :

  • règles techniques de conception et de fonctionnement de l’établissement
  • surveillance quotidienne de la qualité de l’eau en complément du contrôle sanitaire officiel réalisé par l’Agence régionale de santé
  • utilisation de procédés et de produits de désinfection de l’eau agréés par le ministère en charge de la santé
  • respect des règles d’hygiène relatives notamment aux équipements sanitaires (douches, WC, pédiluves) et au règlement intérieur de la piscine
  • sécurisation des installations.

La Bretagne compte environ 800 piscines accueillant du public qui sont contrôlées par les services de l’ARS. Cela représente également près de 1 500 bassins.

Chaque année, plus de 9 000 prélèvements et analyses de l’eau des bassins sont réalisés par l’ARS, selon une fréquence mensuelle, pendant la période d’ouverture des établissements.

En complément de ce contrôle régulier, plusieurs établissements font également l’objet d’une inspection approfondie qui peut être motivée par une dégradation durable des résultats du contrôle sanitaire, le recueil de plaintes d’usagers ou parfois, une demande de l’établissement.   

Le contrôle sanitaire réalisé par l’ARS permet de vérifier le respect des règles d’hygiène et de salubrité fixées par la réglementation sanitaire :

  • conformité de l’eau des bassins aux normes sanitaires physico-chimiques et microbiologiques
  • conformité des produits et procédés de traitement utilisés et de l’exploitation des installations
  • conditions de mise en œuvre des procédures de nettoyage-désinfection des sols et surfaces
  • sécurité des installations (stockage des produits, procédures d’urgence)
  • vérifications de la qualité de l’eau
  • information des usagers 

 Par ailleurs, en complément du contrôle officiel, chaque établissement a également la responsabilité de mettre en œuvre une autosurveillance de la qualité de l’eau, réalisée sur les principaux paramètres physico-chimiques (chlore et composés du chlore, pH, température, transparence).

 

 En savoir plus sur le contrôle sanitaire de l'ARS