Agir ensemble pour la santé des Bretons

Le radon

Article
Visuel
Le Radon
Le radon est un gaz radioactif cancérigène présent naturellement dans une grande partie de la Bretagne. Si les concentrations dans les logements ou les bâtiments peuvent être particulièrement élevées, des solutions existent pour réduire l’exposition de la population
Corps de texte

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle présent partout à la surface de la planète mais plus spécifiquement dans les sous-sols granitiques et volcaniques. Il provient de la désintégration du radium lui-même descendant de l’uranium qui est un constituant de la croûte terrestre. A partir du sol et parfois de l’eau dans laquelle il peut se trouver dissous, le radon se diffuse dans l’air. En atmosphère libre, il est dilué par les courants aériens et sa concentration est faible. Dans une atmosphère plus confinée, comme celle d’un bâtiment, il peut s’accumuler et atteindre des concentrations élevées.

Le radon dans les habitations provient presque exclusivement des émanations du sous-sol, la part des matériaux de construction tels que le granit étant faible. La concentration en radon dans l’atmosphère des habitations dépend des caractéristiques du bâtiment (présence ou non d’un vide sanitaire, de fissures dans la dalle de sol, etc…) et de la ventilation. On observe généralement des concentrations plus élevées en hiver lorsque l’atmosphère dans les bâtiments est plus confinée.

Le radon est reconnu par le Centre International de Recherche sur le Cancer  (CIRC) comme un agent cancérigène, susceptible d'augmenter le risque de cancer du poumon. Il constituerait la seconde cause de décès par cancer du poumon après le tabac et devant l’amiante. En Bretagne, environ 20 % des décès par cancer du poumon serait attribuable au radon.

Le risque de développer un cancer du poumon est en outre multiplié par 20 lorsqu'on associe l'exposition au tabac et au radon.

Du fait de la nature de son sous-sol granitique, la Bretagne est l’une des régions métropolitaines les plus fortement concernées par le radon. Trois départements bretons ont ainsi été déclarés prioritaires en 2004 par arrêté ministériel : les Côtes d’Armor, le Finistère et le Morbihan.

A partir de la connaissance de la géologie de la France, l’Institut de Radioprotection  et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a établi une carte du potentiel radon des sols. Elle permet de déterminer les communes où la présence de radon à des concentrations élevées dans les bâtiments est la plus probable.

► Connaître le potentiel radon de ma commune

Connaître la concentration en radon dans son logement :

Pour cela, il est nécessaire d’effectuer des mesures chez soi à l’aide de détecteurs (dosimètres radon) en vente sur Internet qu’il est possible de placer soi-même (environ 25 € résultats compris). Cette mesure doit être effectuée dans les pièces les plus régulièrement occupées au rez-de-chaussée, sur une durée 2 mois ou plus et de préférence pendant une période de chauffage (saison hiver).

► Connaître la liste des fournisseurs de dosimètres

► Consignes de pose des dosimètres chez les particuliers

Limiter mon exposition si les résultats des mesures sont supérieurs à 300 becquerels par mètre cube d’air (Bq/m3).

En cas de concentration très élevée, il peut être nécessaire de faire réaliser un diagnostic dans le logement.

Connaître la liste des diagnostiqueurs

Connaître la liste non exhaustive des entreprises pouvant intervenir sur le radon

Deux types d’action permettent de réduire la concentration en radon :

  • éliminer le radon présent en améliorant le renouvellement de l’air intérieur (renforcement  de l’aération naturelle ou mise en place d’une ventilation mécanique adaptée) ;
  • limiter l’entrée du radon en renforçant l’étanchéité entre le sol et le bâtiment (colmatage des fissures et des passages de canalisations à l’aide de colle ou de ciment, pose d’une membrane sur une couche de gravillons recouverte d’une dalle en béton, etc…)

Les solutions les plus efficaces peuvent nécessiter de combiner les deux types d’actions.

L’efficacité des travaux de réduction doit être vérifiée en effectuant de nouvelles mesures de concentration en radon.

S’il s’agit d’un établissement d’enseignement (y compris un bâtiment d’internat), un établissement sanitaire ou médico-social disposant d’une capacité d’hébergement, d’un établissement pénitentiaire, situé dans les Côtes d’Armor, le Finistère ou le Morbihan, il vous appartient de faire procéder à des mesures de concentration en radon tous les 10 ans et, lors de travaux entraînant une modification substantielle des bâtiments.

► Consulter la liste des organismes agréés pour la mesure du radon de niveau 1, option A

► Consulter la liste des organismes agréés pour la mesure du radon de niveau 1, option B

► Consulter la liste des organismes agréés pour la mesure du radon de niveau 2

Si, dans une pièce occupée plus d’une heure par jour, la concentration en gaz excède 300 Bq/m3 en valeur moyenne annuelle

Des travaux doivent alors être entrepris pour réduire l’exposition au radon. Ces travaux sont définis après des investigations complémentaires à la mesure. Ils font ensuite l’objet d’un contrôle d’efficacité. Le propriétaire doit en outre informer le préfet.

Pour obtenir des renseignements sur les moyens de prévention et les travaux de remédiation, vous pouvez contacter le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB).